Obligation du pass sanitaire en France : les soignants sont dans les rues !

Ce samedi 11 septembre a eu lieu la 9e manifestation consécutive contre le pass sanitaire. Et alors que l’obligation vaccinale faite aux personnels soignants entrera en vigueur dans peu de jours, le rang des manifestants a accueilli de nouveaux résistants. De partout, que ce soit à Lille, à Clermont-Ferrand, à Paris ou à Béziers, les professionnels de santé sont venus crier leur ras-le-bol sur les vaccins obligatoires à partir du 15 septembre.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par DOLUDO☆DRAWER L (@doludo71)

Des personnels soignants dans le rang des manifestants

À travers les pancartes, les affiches aux inscriptions de « la liberté » et de la « résistance » ainsi que des cris ‘’le pass sanitaire, on n’en veut pas’’, les manifestants ont de nouveau affirmé leur opposition au pass sanitaire partout en France.

Malgré la menace d’une suspension et sans salaire qui plane sur les professionnels de santé qui ne se seraient pas vaccinés jusqu’au 15 septembre, certains sont décidés à ne pas céder. Les plus obstinés tiennent vaille que vaille, en qualifiant « d’humiliation et de chantage », cette mesure les obligeant à se faire vacciner. À Montpellier, il n’y a pas de quoi inquiéter Gregory.

« Si on me dit le 15 que je ne peux pas travailler parce que je ne suis pas dans le processus de vaccination, je leur dirai : très bien, au revoir », a déclaré ce Montpelliérain fort d’une expérience de 20 ans en tant que brancardier. Il ajoute qu’ils « perdront quelqu’un avec pas mal de compétences » avant de conclure que « ça va être impossible de faire tourner les services sans nous ».

À Paris, les manifestants, quoique désespérés n’entendent pas lâcher. Corinne, aide-soignante depuis trente ans alerte : «  on est au pied du mur. Le 15 septembre, des collègues et moi allons être suspendus sans salaire. Le système de santé n’avait pas besoin de ça ».

« Je vais me retrouver sans salaire, avec trois enfants, déplore Amel, une infirmière lilloise de 41 ans. Ce vaccin m’inquiète trop, j’aimerais qu’on respecte mon choix », a-t-elle plaidé.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Angelica Klang (@angelica_klang)

Un sursaut des manifestations contre le pass sanitaire.

Les mouvements de contestation contre la vaccination obligatoire et le pass sanitaire étaient en baisse depuis trois week-ends. Ce samedi, les autorités ont supposé une hausse du nombre de manifestants. Alliance composite d’antivax, soignants désespérés, militants d’extrême droite, proches de gilets jaunes… tous se sont déchainés en rangs serrés contre l’instauration du pass sanitaire.

Cependant, des 170 000 manifestants attendus, dont 30 000 en France, finalement 140 000 ont été décomptés par le ministère de l’Intérieur, selon une source sécuritaire à l’AFP. Dans les préfectures, les manifestants étaient 1700 à Rennes, 1200 à Strasbourg, 2000 à Lyon, et 3000 à Montpellier.

Par ailleurs, la mise en examen de l’ancienne ministre de la Santé Agnès Buzyn a réjoui de nombreux manifestants après que la Cour de de la République lui ait reproché d’avoir « mis en danger la vie d’autrui » dans sa gestion de l’épidémie. Rachel, une manifestante à Renne estime « qu’elle n’est qu’un pantin. Elle n’obéit qu’aux ordres ». « Je souhaite que tous les personnels politiques qui ont accepté la manipulation d’un ‘’pseudo-scientifisme ‘’ mondial passent au jugement », a-t-elle ajouté.

Afficher Masquer le sommaire
Accueil / Santé / Obligation du pass sanitaire en France : les soignants sont dans les rues !