L’utilisation de l’intelligence artificielle dans la santé : ce qu’en dit la haute autorité de la santé !

Dans le secteur de la santé, l’intelligence artificielle peut se servir des algorithmes et des logiciels pour parvenir à se rapprocher de la cognition humaine lors de l’analyse de données médicales complexes. De façon plus précise, l’intelligence artificielle est en quelque sorte, la capacité ou le pouvoir des algorithmes informatiques à réussir des résultats sans nécessiter la présence d’un humain.

L’objectif principal de l’ de l’intelligence artificielle dans les soins médicaux est d’analyser la relation entre la prévention ou le traitement d’une part et la santé des patients d’autre part.

Des programmes d’intelligence artificielle ont été développés et appliqués au processus de diagnostic, à l’élaboration de plans de traitement, au développement de médicaments, à la médecine personnalisée, aux soins aux patients et à la pratique de suivi. Les institutions médicales ont développé des algorithmes d’intelligence artificielle pour leurs services.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par World Health Organization (@who)

Que pense l’OMS de l’intelligence artificielle (IA) ?

Pour l’OMS, le fait d’utiliser de façon croissante l’intelligence artificielle dans le domaine médical peut présenter des opportunités et des défis pour les gouvernements, les prestataires ainsi que les communautés. En fonction des directives nouvellement divulguées par l’Organisation mondiale de la santé, l’intelligence artificielle (IA) peut être efficacement prometteuse pour renforcer les services médicaux dans le monde.

Ceci à condition que l’éthique ainsi que les droits de l’homme soient placés au centre de sa conception, de son déploiement et surtout de son utilisation. Ce rapport sur l’éthique et la gouvernance de l’intelligence artificielle dans le domaine de la santé est le résultat de deux années de négociation par un groupe d’experts internationaux nommés par l’Organisation mondiale de la santé.

Comme toute nouvelle technologie, l’intelligence artificielle a un grand potentiel pour améliorer la santé de millions de personnes dans le monde, mais comme toute technologie, elle peut également faire l’objet d’abus et provoquer des effets néfastes. Ce nouveau rapport extrêmement important est un guide précieux pour les pays qui souhaitent maximiser les avantages de l’intelligence artificielle tout en minimisant les risques et en évitant les pièges.

L’importance de l’intelligence artificielle pour la santé

Comme déjà adoptée par certains pays riches, l’intelligence artificielle peut être utilisée pour améliorer la vitesse et la précision du diagnostic et de la détection des maladies. Elle peut également promouvoir les soins cliniques, renforcer la recherche dans les domaines de la santé et du développement de médicaments, soutenir diverses interventions de santé publique telles que la surveillance des maladies, la riposte aux épidémies et la gestion du système de santé.

Aussi, grâce à l’intelligence artificielle, les patients peuvent mieux contrôler les soins qu’ils reçoivent et avoir une connaissance sur leurs besoins changeants. Il peut favoriser l’accès aux services de santé dans les pays pauvres en ressources et les communautés rurales, où les patients ont souvent des difficultés à accéder aux agents de santé ou au personnel médical.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par World Health Organization (@who)

Que retenir ?

En fin de compte, sous la direction des lois et obligations existantes en matière de droits de l’homme, ainsi que des nouvelles lois et politiques qui garantissent les principes éthiques, les gouvernements, les fournisseurs et les concepteurs doivent travailler ensemble pour résoudre les problèmes. Ils doivent concevoir et développer l’éthique et les droits humains à chaque étape du développement et déployer des technologies basées sur l’intelligence artificielle.

Afficher Masquer le sommaire
Accueil / Santé / L’utilisation de l’intelligence artificielle dans la santé : ce qu’en dit la haute autorité de la santé !